Adieux à Anne-Marie

Soirée festive chez Claudine et Yves Vidal, 24 juin 1994.

Chère Anne-Marie,
A travers la forme de ce message
Chacun de nous a au coeur ton visage.
Maintenant que tu as jugé plus sage
De devoir tourner la page
Nous voulons te rendre hommage
Tant que tu n’as pas subi des ans l’irréparable outrage.
C’est peut-être un rêve
Qui as duré dix ans
Avec toi qui s’achève
Dans notre vie en passant.
Sur l’onde du souvenir
Il était un petit navire;
Tu as mis dix ans à construire ton bateau
Je n’en n’ai guère vu d’aussi beau.
Nous avons pris le large
Avec ton sourire et ton équipage,
Et ceux qui peinent et ceux qui rient,
CAR TU ETAIT COMME CA ANNE MARIE
Dieu sait le prix de ta mise
Depuis l’escalade des vocalises.
Les pieds sur le sol quand tu nous donne le la,
Tu voulais toujours plus haut, toujours plus beau,
Même quand on te tourne le dos.
Ce ne fut pas toujours si fa si la si ré,
Comme notre Jeanne de Do ré mi.
Pour atteindre le but il y faut le prix
Avant de savourer l’oeuvre achevée.
Combien on appréciait ton courage
Quand on n’était pas toujours très sages.
Que d’inutiles bavardages, papotages, popotages
Pour de simples bulles…dans l’potage!
Que de fois on aurait pu mettre un bémol
Et que tu aurais pu en avoir ras le bol!
D’autres que toi seraient devenues folles.
TU FAISAIT ça POUR NOUS ANNE-MARIE.
Qui saura la somme de patience
Pour égaliser nos différences?
De couplets en refrains c’est la pratique
De reprises en coda c’est la technique.
Et du sourire jusqu’au bout des doigts
Anne-Marie nous a fait un gâteau de sa voix.
A chaque pupitre suprême soliste
Tu étais fine perfectionniste.
En choeur nous te disons « Salut l’Artiste »
Comme un ultime pas de danse
Tu nous tire ta révérence.
Dommage qu’on n’ai pas toujours compris
QUE TU ETAIS COMME ça ANNE-MARIE!
C’est un rêve sans doute
En refaisant la route
Défrichée quoi qu’il en coûte
Sans avoir peur du doute.
Tu n’as pas fait les choses à moitié
En unissant le chant et l’amitié.
D’un très fin doigté tu as édifié
Cette tour aux quatre pupitres comme piliers.
Tu n’as pas ménagé ta peine
En nous conduisant comme une reine,
Sur nu nuage qui nous envoûte
De la clé de sol jusqu’à la clé de voûte
Jusqu’à cette flèche incomparable,
Tu as été pour nous admirable
Sans complexe ni à priori,
CAR TU ES COMME ça ANNE-MARIE!
Dieu seul connait en ce moment
De nos coeurs les plus doux sentiments
Que maladroitement aujourd’hui on t’adresse
Comme un trésor dans un coffret de tendresse.
Plus qu’un choeur tu as fait un groupe d’amis
PARCEQUE TU AS ETE COMME CA ANNE-MARIE!
Avec toi j’ai chanté les chansons les plus belles,
Avec toi j’ai chanté.
J’ai chanté sur la route où la vie nous appell
Dans la clarté,
SUR LA ROUTE D’AMITIE!!!!!